Un succès incontesté pour le 6e colloque de l'Institut national des mines



Un succès incontesté pour le 6e colloque de l'Institut national des mines

Un succès incontesté pour le 6e colloque de l'Institut national des mines

Canada NewsWire

VAL-D'OR, QC, le 25 nov. 2021 /CNW Telbec/ - L'Institut national des mines (INMQ) a tenu aujourd'hui son 6e colloque annuel en mode virtuel. L'événement « Employabilité et adaptabilité professionnelle pour une main-d'œuvre qualifiée et compétente » a connu une grande popularité en accueillant plus de 150 personnes.

Animé et coordonné par la conseillère stratégique en communication de l'Institut, Mme Karine Lacroix, le colloque s'est ouvert avec les invités d'honneur, M. Guy Belleau, président du conseil d'administration de l'Institut et chef des opérations chez ArcelorMittal Canada, ainsi que Mme Sarah Tremblay, PDG par intérim de l'Institut national des mines. Ils ont souhaité la bienvenue aux participantes et participants provenant principalement du secteur de l'éducation, du secteur minier et des organismes et ministères du gouvernement du Québec.

Des thématiques ayant une résonance pour l'ensemble des participantes et participants

Dans un contexte de pénurie de main-d'œuvre, le secteur minier doit se réinventer pour assurer la relève et favoriser l'employabilité et l'adaptabilité professionnelle de son personnel. Lors de l'événement, l'insertion socioprofessionnelle de la main-d'œuvre autochtone, la reconnaissance des acquis et des compétences, l'avènement des véhicules électriques et l'exploitation des minerais stratégiques ont fait l'objet des quatre conférences présentées.

Réalisé une fois de plus sous forme virtuelle afin de rendre accessibles les avancées sociales, environnementales et technologiques du secteur minier québécois, le colloque a permis à l'Institut national des mines de jouer son rôle de levier auprès de ceux et celles qui sont responsables de la formation dans leur secteur respectif. « Il s'agit d'un rassemblement annuel devenu incontournable pour les établissements d'enseignement du Québec, l'industrie minière et ses organismes ainsi que le gouvernement du Québec. Ils ont pu connaître les véritables enjeux auxquels fait face tout un chacun. Je suis extrêmement fière du travail accompli par l'équipe ainsi que de la qualité des conférences présentées. Ce fut à la hauteur de nos ambitions », exprime Mme Sarah Tremblay, PDG par intérim de l'organisation.

La réalité du marché du travail pour la main-d'œuvre autochtone

Lors du colloque, les conférenciers Alexandre Nana et Émilie Deschênes ont présenté le modèle d'intervention socioprofessionnelle des travailleuses et des travailleurs autochtones s'inscrivant dans la poursuite des efforts de la Commission de développement des ressources humaines des Premières Nations du Québec (CDRHPNQ). Ce modèle comprend quatre dimensions, soit la planification, la sécurisation culturelle, l'accompagnement et la formation. L'accent a toutefois été mis sur la formation, pierre angulaire de l'insertion pour tous les travailleuses et travailleurs au sein de l'organisation. Un livre sur le sujet paraîtra prochainement.

Reconnaissance des acquis et des compétences pour l'obtention d'un diplôme dans le secteur minier 

La reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) réalisée par des établissements d'enseignement est un processus existant depuis de nombreuses années, au Québec et ailleurs. La conférencière et professeure à l'Université de Sherbrooke, Rachel Bélisle, a présenté quelques données sur les services de la RAC qui qualifie le personnel minier ainsi que la démarche réalisée par les travailleuses et les travailleurs miniers. Mme Bélisle a également ouvert une discussion sur la manière dont la RAC pouvait devenir une voie stimulante pour soutenir la formation minière et relever les défis du secteur minier. Prochainement, l'Institut national des mines, en collaboration avec Mme Bélisle, lancera une nouvelle publication sur le sujet.

Le Québec et l'implantation d'engins hybrides et électriques dans le secteur minier

Le conseiller à l'innovation et à la recherche, Nicholas Théroux, a présenté les résultats préliminaires de la prochaine recherche qui sera publiée par l'Institut national des mines au cours du printemps 2022. En s'appuyant sur une enquête menée auprès de plus de 20 mines actives et projets miniers, il a présenté le portrait actuel et la vision de l'industrie sur l'implantation d'engins miniers électriques et hybrides au Québec. Il s'agit d'un premier portrait sur le sujet pour l'Institut national des mines qui désire éventuellement favoriser l'émergence de formations adaptées afin que le secteur minier québécois relève avec brio ce virage technologique.

Environnement, mine électrique et carboneutralité avec Nouveau Monde Graphite

Pour clore l'événement, Mme Martine Paradis, vice-présidente de l'ingénierie et de l'environnement chez Nouveau Monde Graphite, a présenté une conférence sur cette future mine basée à Saint-Michel-des-Saints qui a la volonté de faire autrement. Grâce aux nouvelles technologies utilisées dans l'électrification des transports ainsi qu'aux méthodes novatrices de gestion des résidus miniers, ce projet est l'un des plus novateurs au Québec. Mme Paradis nous a également entretenus sur les compétences et l'expertise nécessaires à développer afin de contribuer à l'évolution du secteur minier au Québec, notamment par l'extraction du minerai stratégique qu'est le graphite.

Il est possible d'écouter en rediffusion l'événement : https://app.icastgo.com/w/qwlpxe.

L'Institut national des mines a pour mission de soutenir le gouvernement dans l'exercice de sa responsabilité en matière d'éducation dans le secteur minier. Il a notamment pour mandat de maximiser la capacité de formation de la main-d'œuvre, en optimisant les moyens disponibles et en les utilisant selon une vision concertée de tous les acteurs du secteur minier.

SOURCE Institut national des mines


Copyright CNW 2021 PR Newswire. All Rights Reserved.